Barcamp Bodensee le barcamp qui sent les vacances !

Le week end de fin de mai avait lieu à Friedrichshafen le Barcamp Bodensee. Nous avions décidé avec Yann d’allait y faire un tour, les barcamp là bas étant renommé pour leur taux important de geekerie et ça, ça nous parle.

Après un trajet de quelques heures qui nous a fait traversé la charmante forêt noire (nous n’avons néanmoins croisé ni cerise ni génoise), nous sommes donc arrivé sur la « côte d’azur » allemande. Ce sentiment fut renforcé dès que nous avons constaté que nous faisions parti de la minorité de 5% de clients de l’hotel de moins de 60 ans. Nous enchainâme rapidement sur un petit restaurant et une fois notre appétit rassasié un petit dodo nous attendait. Oué en gros le vendredi on a pas glandé grand chose.

Le lendemain nous étions rapidement sur nos pieds (enfin sauf Yann qui fait toujours sa larve les matins), et après un petit déjeuner consistant et allemand (pléonasme!) nous nous sommes dirigés vers le lieu du Barcamp.

Là je dois dire que j’ai été pour le moins étonné, une université au bord d’un lac c’est loin d’être banal et l’ambiance faisait franchement pensait à un master planche à voile plutôt qu’à des études de communication / marketing / maître du monde en costard.

Bon autant aller droit à l’essentiel, au niveau organisation, les allemands font passer le reste du monde pour une bande de joueur de ping pong. Le jus de fruit coulait à flot de gros cartons Walter Saft!, la nourriture abondait sur les tables, on pouvait emprunter des vélos pour pas plus cher que gratuit, une sono permettait à l’organisateur de se faire entendre et ils avaient même un accueil avec marqué en gros dessus « check in ».

On récupérait nos badges puis tentions une infiltration jusqu’à une table, pour être rapidement repéré par l’organisateur… bon on devait être les seuls à ne pas porter de bottes. Résultat la présentation des règles a été faite en anglais sur le thème « on parlera anglais parce que de toutefaçon dans 10 ans on aura pas le choix ». Allemagne 1 – France 0. La présentation qui s’ensuivit vu les gens passer un à un pour se présenter en trois tags, je ne résistais à la volonté d’exporter de l’humour Français en balançant en troisième tag « Scheize Französe ». Il était demandé aux gens qui étaient à l’origine de session de switcher en anglais à partir du moment où nous étions dans la pièce…

… Ce qui ne fut pas le cas de la première présentation, où le gus responsable de la session nous ignora superbement (il a pas du nous voir, on était il faut dire à 1m de lui) ce qui devint extrêmement ironique lorsque ce dernier expliqua que sa société, basé sur 4 continents, communiquait en interne uniquement en Anglais. En même temps il a passé son temps à balancer des banalités sur le capital risque, alors que bon l’avantage maintenant du web c’est qu’on peut monter un business en s’en passant superbement. Et pour enfoncer le clou, sa société n’avait même pas décroché de capital risque, so much for the example. Allemagne 1 – France 1.

Sur le coup on a pris un peu peur, je me voyais déjà en train de décrypter l’ensemble des sessions. Mais ce ne fut pas le cas, dès la présentation suivante les gens switchèrent quasi automatiquement en anglais dès qu’ils nous voyaient. Nous avions un peu la malédiction de l’anglais qui nous collait à la peau. Et là autant être clair, leur maitrise de la langue n’avait pas grand chose à voir avec celle de mes concitoyens Français.

Nous avions pu alors assister à des sessions très intéressantes avec des gens très intéressant qui parlaient de Multiculturalité, d’application localiser, de biens virtuels et d’entreprise 2.0. Entre temps nous meublions avec pas mal de geekerie genre la discussion sur un jeu web qui serait un RTS. Nous en avons aussi profité pour faire notre présentation sur la chaine de production en balançant des exemples à partir d’un projet à Yann. Visiblement cette présentation a été bien apprécié par les gens présent.

On a donc passé un très bon moment, l’avantage des barcamp allemand étant que visiblement il y a plus de gens de l’IT et donc on a plus de discussion intéressante sur le thème de l’IT et c’était raffraichissant. Bon résultat des courses on nous a dit de passer à plein d’autres barcamp allemand… comme quoi on a du faire bonne impression nous autres les scheise französe !

  • Je m’insurge, j’ai pas mal bossé le vendredi ! D’où mon retard…

    Ensuite, faire des liens sur ton texte, ça serait pas plus mal…

    Sinon j’ai bien aimé ce suisse qui a commencé sa phrase par « oui, dans un ancien projet, je me suis complètement planté parce que… ». Ce qui est un peu la marque de fabrique des discussions rafraîchissantes des BarCamp.

  • Merci pour le résumé (surement le seul en français).
    J’ai renvoyé sur ton article depuis le wiki : http://barcampbodensee.mixxt.eu/networks/wiki/index.barcamp+lac+de+costance+-+accueil+france
    Ca permettra de donner un avant-goût pour le BarCamp Bodensee 2 en Juin 2010 à nos amis Scheiss Franzosen ;-)

  • Ca marche, ça serait effectivement bien qu’on soit un peu plus nombreux.

  • Pingback: BarCamp Bodensee International » Olivier Wenger()

  • Avec Christophe Ducamp (http://twitter.com/xtof_fr) et moi ça fait déjà 2 Scheiss Franzosen de plus :)
    Je ne désespère pas de motiver quelques barcampers dijonnais supplémentaires…
    Notre petit tour à Strasbourg pour le barcamp de samedi devrait pouvoir contribuer à leur motivation !

  • Ouaip il faut débarquer en force, parce qu’actuellement c’est vraiment trop la loose, genre les gus en claquant des doigts ils arrivent à te monter un barcamp de 300 personnes et nous autres français on est pas foutu de faire 100km pour aller les voir.